Non-conformité du genre

Nous qualifions de non conformes à leur genre ou de genre variant les personnes dont le comportement, l’apparence et/ou la mentalité ne correspondent pas à ceux que nous attendons généralement d’une fille/femme ou d’un garçon/homme. Il s’agit de filles qui passent beaucoup de temps avec des garçons, qui jouent au football, qui s’habillent la plupart du temps en garçon et qui disent parfois qu’elles veulent être un garçon ou se sentent garçons. Il s’agit de garçons qui se comportent de manière efféminée, ont surtout des amies, aiment porter des bijoux ou se maquiller et qui ne se sentent pas toujours à leur place parmi les garçons. Ces personnes adoptent des comportements ou ont des préférences qui bouleversent les rôles sociaux traditionnels. Cela ne les rend pas pour autant moins garçons/hommes ou filles/femmes. Ces comportements qui bouleversent les rôles sociaux traditionnels sont appelés comportements non conformes à leur genre ou non conformes aux stéréotypes culturels de leur sexe.

La vie n’est pas toujours facile pour les personnes non conformes à leur genre d’assignation. Elles sont souvent victimes de graves moqueries ou de harcèlement. Certaines décident parfois de prendre leurs distances et aboutissent à un isolement social. D’autres manifestent un comportement dépressif.

Des garçons qui jouent aux Barbies, imitent leur mère, préfèrent se déguiser en fée ou aiment les jeux de filles. Des filles qui préfèrent jouer à des jeux de garçons, aiment le football, ont les cheveux courts ou n’aiment pas porter de robes. Cela arrive. Cela ne doit pas nécessairement poser de problème. Ce ne sont encore que des enfants.

Non conforme au genre ou transgenre ?

Au fur et à mesure que les enfants grandissent, jusqu’à devenir de jeunes adolescents, leur comportement non conforme aux stéréotypes culturels de leur sexe est de moins en moins accepté. On attend des filles qu’elles s’habillent de manière féminine et qu’elles s’intéressent aux garçons. On attend des garçons qu’ils se comportent de manière masculine et s’intéressent également à l’autre sexe. La puberté est en effet la phase au cours de laquelle le corps commence à fortement se développer en fonction du genre. Les garçons voient leur barbe pousser, leur carrure se développer et leur voix muer. Les filles commencent à avoir de la poitrine et ont leurs premières règles. La non-conformité au genre n’est plus acceptée (ou elle l’est moins que pendant l’enfance). Pour certains jeunes, cette situation peut devenir problématique. Lorsque les sentiments et le comportement sont tels que l’on ne se sent plus tout à fait homme ou femme ou lorsque les perceptions entrent en contradiction avec le sexe de naissance, on parle de transgendérisme ou de personnes transgenres. Celles-ci ont le sentiment que la perception qu’elles ont de leur genre ne coïncide pas (tout à fait) avec leur corps. Elles éprouvent des difficultés à en parler à leurs amis ou aux membres de leur famille. Elles ont souvent du mal à obtenir informations et compréhension.