Dysphorie de genre

Toutes les personnes transgenres ne souffrent pas par définition de l’inadéquation entre le sexe qui leur a été attribué à la naissance et leur identité de genre. Toute les personnes transgenres ne ressentent donc pas nécessairement une dysphorie de genre et beaucoup ne la ressentent que pendant une période de leur vie.

Une thérapie et/ou un traitement de réassignation sexuelle peut/peuvent soulager cette dysphorie de genre en permettant à la personne de trouver un rôle et une expression de genre plus confortables. Ce traitement est très individualisé : certaines personnes trans trouvent suffisamment d’aide dans des entretiens thérapeutiques et elles n’ont pas besoin de poursuivre un traitement, tandis que d’autres personnes trans estiment nécessaire de suivre une thérapie hormonale et parfois également de subir des (certaines) interventions chirurgicales pour se sentir plus à l’aise dans leur corps et dans leur rôle de genre. La façon de soulager cette dysphorie de genre varie donc fortement d’une personne à l’autre, et les différentes options de traitement sont abordées en détails lors de l’évaluation organisée avec un-e thérapeute.

Le traitement efficace de la dysphorie de genre que permettent les procédures et protocoles médicaux actuels fait suite à des années d’expériences cliniques et de recherches qui ont toutes montré qu’une thérapie ou un traitement de réassignation sexuelle augmente le bien-être des personnes transgenres et au genre non conforme (WPATH, 2008). L’utilisation de thérapies dites « réparatrices » visant à faire accepter aux personnes transgenres l’identité de genre qui correspond à leur sexe de naissance sont considérées comme tout à fait immorales (Drescher, 2013).