Métaoidioplastie

La métaoidioplastie permet d’utiliser le clitoris qui a grossi grâce à la prise d’hormones en un petit pénis. Lors de cette intervention, le clitoris est placé plus haut et l’urètre est prolongé jusqu’à l’extrémité du clitoris, ce qui crée un micropénis. La fonctionnalité finale est déterminée par la longueur du clitoris qui peut très fort varier d’une personne à l’autre. Chez certains patients, le clitoris grandit considérablement, au point qu’il leur soit possible d’uriner debout après la reconstruction. Ce n’est cependant pas le cas de plus de la moitié des patients. En raison de la taille limitée de ce pénis, la pénétration lors d’un contact sexuel n’est généralement pas possible, mais cette intervention a pour avantage majeur que la personne conserve totalement sa capacité orgasmique d’origine. Vous trouverez davantage d’informations sur la sexualité et le sexe sans risque après une métaoidioplastie dans la rubrique « sexualité ».

Les complications urologiques après une métaoidioplastie sont comparables à celles observées après une phalloplastie. Dans près de 25% des cas, les patients se plaignent de fistules et de sténose ou rétrécissements de l’urètre. Les avantages de cette intervention : généralement, aucune cicatrice n’est visible au niveau de la zone génitale et il n’y a aucun prélèvement avec cicatrices visibles (comme c’est par contre le cas sur l’avant-bras ou la cuisse lors d’une phalloplastie).

Scrotoplastie

Actuellement, on accorde également de plus en plus d’attention à la construction d’un scrotum ayant un aspect le plus normal possible. Pour ce faire, le chirurgien utilise le tissu les grandes lèvres, qu’il transfère vers l’avant et fait pivoter afin de placer le scrotum au bon endroit. Il est éventuellement possible d’utiliser le tissu graisseux sous-cutané du mont de Vénus pour remplir le scrotum. Après un certain temps, ce tissu se rétracte généralement ; il faut donc placer des prothèses testiculaires quelques mois plus tard.

Coût

La mutualité prend en charge environ 90% des frais relatifs à cette intervention, ce qui ne couvre pas la totalité des coûts pour l’hôpital. L’hôpital demande une contribution d’environ 1000€ au patient pour la métaoidioplastie, ce qui inclut le ticket modérateur et le supplément pour les médicaments.

Sources

  • Hage, J., & Van Turnhout, A. (2006). Long-term outcome of metadoioplasty in 70 Female-to-Male transsexuals. Annals of Plastic Surgery, 57(3), 312-316
  • Monstrey, S., Ceulemans, P., & Hoebeke, P. (2011). Sex Reassignment Surgery in the Female-to-Male transsexuals. Seminars in Plastic Surgery, 25(3).
  • Selvaggi, G., & Bellringer, J. (2011). Gender reassignment surgery: an overview. Nature reviews urology.
  • Selvaggi, G., Hoebeke, P., Ceulemans, P., Hamdi, M., Van Landuyt, K., Blondeel, P., De Cuypere, G., & Monstrey, S. (2009). Scrotal Reconstruction in Female-to Male transsexuals: A novel scrotoplasty. Plastic and Reconstructive Surgery, 123(6), 1710-1718