Voix

Les gens se distinguent les uns des autres par leur apparence physique, mais aussi par leur manière de parler. Il existe de nettes différences entre une voix d’homme et une voix de femme. La différence vocale la plus frappante et donc la plus importante entre un homme et une femme réside dans le fait que les hommes parlent plus bas. Cela s’explique par la fréquence de vibration des cordes vocales, qui se situe autour de 120 Hz chez les hommes et de 220 Hz chez les femmes. Entre ces deux valeurs, il y a une zone ambiguë du point de vue du genre (de 150 à 185 Hz), où il est impossible de faire parfaitement la distinction. Les hommes parlent en outre en général plus fort que les femmes, avec davantage de résonance thoracique. De nombreuses différences sont aussi perceptibles en ce qui concerne l’articulation des sons, le timbre de voix, le vocabulaire et les sujets de conversation.

On pense très souvent que le changement de voix chez les hommes trans ne pose aucun problème vu que la voix devient automatiquement plus basse lors de l’administration d’hormones masculines. Il est vrai en effet que la voix baisse automatiquement sous l’influence de la thérapie hormonale. Il est toutefois recommandé aux hommes trans de consulter un orthophoniste, de préférence avant d’entamer la thérapie hormonale. L’expérience montre en effet que certains hommes trans ont des attentes irréalistes par rapport à l’influence de la thérapie hormonale sur la voix. Renseignements pris, on constate que certains auraient espéré que leur voix baisse plus vite. Il faut tout de même compter de trois à quatre mois avant que le timbre de voix plus bas soit clairement perceptible. Parfois, certains ont aussi de trop grandes attentes. Chez les gens qui avaient déjà une voix relativement basse, le résultat de la thérapie hormonale est un peu moins marqué que ce que l’on pourrait espérer. Après un an, la diminution maximale engendrée par les hormones est atteinte et environ 10% des hommes trans restent dans la zone ambiguë du point de vue du genre.

Les gens qui chantent doivent avoir à l’esprit que la portée de leur voix sera plus faible en raison de la thérapie hormonale. Les possibilités de chanter les aigus se réduisent. Cette perte n’est pas entièrement compensée par la capacité de chanter désormais dans les graves.

Opération des cordes vocales

Généralement, il n’est pas nécessaire de pratiquer une opération de la voix, mais si la thérapie hormonale et la logopédie ne donnent pas de résultats suffisants, une intervention chirurgicale peut aussi être effectuée, à savoir une thyroplastie de type III. Celle-ci consiste à prélever une bande verticale de cartilage dans la région paramédiane droite et gauche du cartilage thyroïdien afin de détendre les cordes vocales, ce qui permet d’obtenir une voix plus basse.

Capacité d’adaptation

Le timbre de voix ne constitue qu’une facette de la manière de s’exprimer qui doit être modifiée. Pour une adaptation réussie à l’autre sexe, il faut également tenir compte des autres aspects susmentionnés (intonations, articulation, résonance, vocabulaire). En outre, l’adaptation de la manière de s’exprimer ne peut être dissociée de l’ensemble du processus. Une étude a par exemple montré que les personnes avec une bonne voix seraient malgré tout ‘recalées’ si leur aspect physique n’est pas satisfaisant. Et inversement, une personne dont la voix n’est pas optimale peut malgré tout s’en sortir assez bien si son aspect physique est correct.

Coût

La thérapie orthophonique en cas de transsexualité n’est malheureusement pas remboursée. Depuis le 1er janvier 2013, une séance d’une demi-heure coûte 21,75 euros (chez un orthophoniste conventionné, dans un cabinet privé).

Sources

  • Van Borsel, J. et al. (2000). Voice problems in Female-to-Male Transsexuals. International Journal of Language & Communication Disorders, 35(3), 427-442
  • Cosyns, M. et al. (2014). Voice in FMT after long-term androgen therapy. The Laryngoscope, 124, 1409-1414