école

Pour les jeunes, le contexte scolaire peut constituer un environnement difficile pour pouvoir/oser être soi-même. Mais les écoles peuvent aussi se poser beaucoup de questions sur la manière d’interagir avec un élève ou un professeur transgenre, ou chercher comment aborder ce thème en classe. Nous disposons de peu d’études ou d’informations relatives aux personnes de genre variant dans l’enseignement dans notre pays. Et il n’y a généralement pas de politique scolaire effective.

Les écoles secondaires sont souvent plus difficiles pour les jeunes transgenres, d’une part, en raison de la grande pression exercée par les camarades dans le sens de la conformité aux normes de genre en vigueur et, d’autre part, parce qu’il n’y a souvent aucune information concernant les thèmes transgenres (Beemyn, 2004). Il ressort d’une étude que les camarades de classe trouvent un comportement non conforme au genre moins acceptable que l’homosexualité.

Il existe très peu d’études relatives au vécu des jeunes transgenres. Il n’existe actuellement qu’une seule étude belge dans laquelle des adultes transgenres témoignent de leurs années d’études: 64% des garçons et 44% des filles (selon leur sexe de naissance) mentionnent avoir subi des comportements vexatoires au cours de leur scolarité parce qu’ils manifestaient un comportement non conforme à leur genre. Ces comportements vexatoires allaient de violences physiques et verbales à de l’ignorance, en passant par des critiques sur leur apparence, leur comportement ou leurs idées, ou encore des moqueries, etc., et étaient essentiellement le fait de camarades de classe (Motmans, 2009). Il ressort de la même étude que seuls 32% des participants en âge scolaire ont informé leurs amis de leurs sentiments de genre.

D’après une récente étude sur les expériences de violence à l’école vécues par les jeunes LGBT (LGBT = lesbigays et trans), il apparaît que c’est surtout l’absence de “communauté” et “d’empowerment” qui constitue le principal problème de ce groupe (Grossman et. al, 2009). La présence à l’école d’informations relatives aux groupes lesbigays et transgenres locaux est donc d’une importance cruciale. Le comportement de coping le plus fréquent des jeunes était la fuite et l’éloignement vis-à-vis des facteurs de stress, en se distanciant de l’école. Ce qui se traduit donc par l’école buissonnière, le désintérêt pour l’école, etc.

En tant que professeur, vous transmettez consciemment ou inconsciemment des normes de genre. Il est en outre aussi extrêmement important d’aborder la thématique transgenre dans l’enseignement: c’est la seule manière de familiariser les enfants à cette thématique dès leur plus jeune âge, et de faire en sorte que chacun réfléchisse à son identité de genre, ce qui fait partie intégrante du développement personnel.

Sources: