Partenaires

Lorsque des personnes doivent faire face à en question de son genre, cela a naturellement aussi des répercussions sur leur entourage. Ce sont souvent les partenaires qui sont les premiers touchés. Dans la suite de ce texte, nous prendrons l’exemple d’une relation entre un homme et une femme au sein de laquelle l’homme se pose des questions relatives à son genre. Il se pourrait naturellement aussi que ce soit la femme qui manifeste une remise en question de son genre. Les couples homosexuels ou lesbiens peuvent également connaître les mêmes situations. Pour une question de clarté d’écriture, nous nous en tiendrons au premier scénario décrit ci-dessus, et ce aussi pour la simple et bonne raison que c’est la situation qui se présente le plus souvent dans la pratique.

Il se peut que les sentiments de genre variant aient été abordés dès le début d’une relation. Les personnes qui abordent la question dès le début d’une relation le font souvent en raison de relations antérieures qui n’ont pas tenu. Ces personnes jouent donc cartes sur table, ce qui permet aussi à leur partenaire de savoir exactement ce qu’il en est. Le thème du genre est ainsi abordé et l’on essaie de l’intégrer ou non à la relation.

Comme nous l’avons déjà mentionné, le fait d’exprimer ces sentiments est souvent le fruit d’un long processus préliminaire de prise de conscience. Par honte ou en raison d’attentes sociales, il arrive souvent que l’on ne prenne pas conscience du sentiment latent. On espère que cela passera un jour, en entamant une relation par exemple, ou en fondant une famille. Quelle que soit l’intensité de ce souhait, on sera malgré tout irrévocablement confronté-e à un moment donné à cette partie de soi-même. La/Le partenaire peut prendre connaissance de ce que vit son/sa partenaire de plusieurs manières. Quelle que soit la manière dont le/la partenaire découvre la situation, cette révélation fait le plus souvent l’effet d’une bombe. C’est souvent la première fois que le/la partenaire en entend parler. En tant que partenaire, on ne sait généralement pas ce qu’on doit se représenter par rapport à ce sentiment. « De quoi s’agit-il ? », « Depuis combien de temps cela dure-t-il ? », « Pourquoi ne pas en avoir parlé avant ? », « Est-ce que ce sentiment va disparaître? », pour ne citer que quelques-unes des nombreuses interrogations que suscite cette révélation.

Le/La partenaire oscille souvent entre plusieurs émotions: l’incrédulité, parce qu’il/elle ne se serait jamais attendu-e à cela de la part de son/sa partenaire, il/elle croyait le/la connaître. Le sentiment d’avoir été trompé-e parce qu’on se demande pourquoi on n’a pas été mis au courant plus tôt. Le désarroi : on n’a aucun contrôle sur la situation : comment cela va-t-il évoluer ? , à quoi cela va-t-il mener ?. La peur: peut-être cela signifie-t-il la fin de la relation ? La honte : on craint les réactions de l’entourage. La culpabilité: qu’ai-je fait de mal pour en arriver là ? La perte de confiance en soi : ne suis-je plus assez femme ? Mais aussi la colère: pourquoi cela nous tombe-t-il dessus ?

Certaines personnes prennent alors résolument une décision et souhaitent mettre un terme à la relation. Elles ne reconnaissent plus l’homme dont elles étaient tombées amoureuses et ne veulent plus d’une relation. Dans d’autres couples, la situation est moins évidente. On essaie de faire face à la situation. On ne met pas fin comme cela à une relation de plusieurs années. Surtout lorsqu’il y a des enfants. On espère alors souvent que sa/son partenaire se débarrassera de ces sentiments grâce à une assistance appropriée. La/Le partenaire s’adresse souvent à un/une professionnel/le en formulant explicitement cette attente. Mais cette attente est impossible à combler.

Des couples parviennent à intégrer les conséquences des sentiments variants de genre dans leur relation. Après des hauts et des bas, ils trouvent un nouvel équilibre, ils décident de poursuivre leur route ensemble. Ils sont alors souvent mentalement plus forts qu’avant. Malheureusement, l’intégration des conséquences d’une thématique de genre est difficile. L’homme est loin de savoir exactement quel sera le résultat final de sa quête en vue de découvrir sa véritable identité de genre, et la femme non plus. Elle se sent forcée de faire des compromis: d’une part, satisfaire les besoins de son partenaire, d’autre part, veiller dans le même temps à ne pas se perdre elle-même. Ce n’est pas simple. Beaucoup de partenaires ont le sentiment de devoir sans cesse repousser leurs limites. Au début, l’homme se satisfait de se travestir uniquement en cachette, puis il demande à aller faire les boutiques avec sa partenaire, peut-être prendra-t-il des hormones à un certain moment, ou rêve-t-il déjà tout haut d’une opération…

D’un côté, la femme ne souhaite rien d’autre que le bonheur de son partenaire, de l’autre, elle a peut-être l’impression que ses besoins ne sont pas suffisamment pris en compte, qu’elle risque de se perdre complètement. Elle peut penser qu’elle n’a nulle part où s’adresser, ou que l’offre d’assistance s’adresse uniquement à son partenaire. En tant que partenaire, il est également possible de se confier au service d’assistance. L’assistance plutôt permettre de prendre les deux partenaires en ligne de compte, sans prendre parti pour l’un ou l’autre. Il s’agit en effet d’une situation dont la personne de genre variant et son entourage proche peuvent souffrir. Le service d’assistance peut permettre l’établissement d’un nouvel équilibre au sein de la relation.

Si vous voulez vous adresser à un professionnel familiarisé avec cette thématique, jetez un coup d’œil à l’offre de soins pour entrer en contact avec un professionnel des soins de santé près de chez vous.