Bien-être mental

Beaucoup de personnes transgenres refoule longtemps leur ressenti profond. Le travail sur le ressort mental, la confiance en soi et l’estime de soi constitue dès lors souvent aussi une étape indispensable au processus visant à oser être soi-même.

Développement mental à travers la transition et prise de conscience de la stigmatisation

Il est ressorti d’une étude flamande que les personnes transgenres semblaient devenir mentalement plus fortes tout au long de leur processus de transition, indépendamment de leur genre, de leur âge ou de leur niveau de formation. Les hommes trans étaient même bien plus conscients que les femmes trans de la stigmatisation de la société (Motmans et al., 2011).

Dépression et suicide

Il est ressorti de l’étude belge “Être transgenre en Belgique” menée auprès de 244 personnes transgenres (dans le sens le plus large du terme) que les pensées suicidaires et les tentatives de passage à l’acte sont très fréquentes, indépendamment du fait que ces personnes vivent ou non selon l’identité de genre souhaitée:

  • 62% avaient déjà eu des pensées suicidaires;
  • 22% avaient déjà fait au moins une tentative de suicide

Ces pourcentages ne différaient pas significativement en fonction de l’âge, de la langue ou du genre des répondants (Motmans, 2009). Il est toutefois aussi ressorti de cette étude que les personnes qui vivaient (presque) toujours selon l’identité de genre choisie:

  • étaient moins fermées
  • avaient plus confiance en elles
  • étaient plus heureuses
  • avaient plus de joie de vivre
  • étaient plus ouvertes aux autres

par rapport à la catégorie de personnes trans qui ne vivaient jamais ou seulement de temps en temps selon l’identité de genre choisie.

Une récente étude flamande a mesuré à l’aide de l’échelle CES-D le degré des pensées suicidaires auprès d’un groupe de personnes transgenres qui étaient (avaient été) en traitement. La grande majorité des personnes transgenres (95%) ne présentaient pas de symptômes dépressifs et les résultats observés ne variaient pas non plus selon le genre, l’âge ou le niveau de formation des répondants (Motmans et al., 2011).

Sources: