Relations

Pendant la transition, plusieurs facteurs sont importants pour la relation que la personne a à ce moment-là (si elle a une relation), comme par exemple les changements considérables au niveau du corps sur un court laps de temps, le changement d’identité publique et l’éventuel désir d’enfant. Sa propre préférence sexuelle, de même que celle du/de la partenaire est également souvent remise en question lors de la transition. Certaines personnes transgenres estiment qu’une transition n’est pas le moment adéquat pour débuter une relation ou avoir un partenaire, parce qu’elles sont très occupées avec elles-mêmes durant ce processus et qu’elles ont donc le sentiment de ne pas pouvoir accorder d’attention à une autre personne. (Doorduin & Van Berlo, 2012). Chez les femmes trans, la diminution du désir sexuel en raison de la thérapie hormonale est parfois une raison supplémentaire de ne pas débuter une relation. Certaines personnes transgenres réussissent néanmoins à intégrer le processus de transition dans une relation. Ce n’est pas toujours un processus facile, tant pour la personne trans que pour la/le(s) partenaire(s).

Une étude dont l’objectif était de comparer les relations entre des femmes et des hommes trans avec des couples hétérosexuels « traditionnels » a montré qu’il n’y avait aucune différence substantielle en ce qui concerne la satisfaction relationnelle et sexuelle (Kins et al., 2008). Les partenaires des hommes trans ont attribué la réussite de leur relation au respect, à l’honnêteté, à la confiance, à la compréhension mutuelle et à la communication ouverte au sein du couple. La communication est essentielle pour indiquer les limites et les désirs sexuels et utiliser des dénominations et des pratiques qui correspondent à l’identité de genre (Doorduin & van Berlo, 2012). Les personnes transgenres éprouvent des difficultés à parler de sexe, et ce pour diverses raisons, mais le fait de vivre le sexe ensemble de façon agréable contribue à améliorer la situation.

Dans une étude de De Cuypere et al. (2007), les personnes trans, et surtout les femmes trans, indiquent avoir plus souvent une relation sexuelle stable après la transition (52.7%) qu’avant (35.3%) (De Cuypere e.a., 2007). En ce qui concerne les différences entre les hommes trans et les femmes trans, les hommes trans ont plus de difficultés que les femmes trans à commencer une nouvelle relation après leur transition. Aucune différence n’a toutefois été observée entre les deux groupes pour ce qui est d’avoir une relation stable.

Rencontres

Après leur transition, de nombreuses personnes transgenres se sentent davantage prêtes à débuter une relation ou à avoir de nouveaux contacts sexuels, parce que leur corps correspond davantage à leur identité de genre souhaitée. Les personnes transgenres sont toutefois confrontées à des défis supplémentaires lorsqu’elles font des rencontres. Les personnes transgenres se retrouvent souvent face à un dilemme difficile : quand et comment expliquer à un-e futur-e partenaire leur passé transgenre ? Les personnes trans ne savent jamais comment le/la futur-e partenaire va réagir, et de nombreux transgenres ont peur d’être repoussés. Toutes les personnes transgenres ne souhaitent pas parler de leur sexe de naissance à leur nouveau/nouvelle partenaire, mais le fait d’en parler a toutefois généralement un effet positif sur la relation.

Certaines personnes transgenres ne savent pas très bien comment s’y prendre pour apprendre à connaître de nouvelles personnes après leur transition. Les rencontres par internet ou les annonces peuvent constituer une solution dans ce cas. Certain-e-s trouvent les rencontres en ligne pratiques parce qu’ils/elles peuvent indiquer dans leur profil qu’ils/elles sont transgenres, avec pour conséquence qu’ils/elles attirent des personnes ouvertes à leur situation. D’autres personnes transgenres ne mentionnent justement pas cette information, afin d’éviter d’attirer des amateurs de sensations. Il faut chercher ce qui vous convient le mieux, mais soyez toujours prudent-e lorsque vous divulguez des informations personnelles sur internet à des personnes que vous ne connaissez que virtuellement. Pour obtenir davantage de conseils concernant la sécurité tant en ligne qu’ailleurs, consultez la brochure ‘Opvallen en rechtslaan’ de Çavaria (uniquement disponible en néerlandais).

Sources

  • Doorduin, T. & Van Berlo, W., 2012.Een dubbel gevoel. Rutgers WPF.
  • De Cuypere, G., T’Sjoen, G., Beerten, R., Selvaggi, G., De Sutter, P., Hoebeke, P., Monstrey, S., Vansteenwegen, A. & Rubens, R. (2007). Sexual and Physical Health After Sex Reassignment Surgery. Archives of Sexual Behavior, 34(6), 679-690.
  • Kins, E., Hoebeke, P., Heylens, G., Rubens, R. & De Cuypere, G. (2008). The Female-to-Male Transsexual and His Female Partner Versus the Traditional Couple: a Comparison. Journal of Sex & Marital Therapy, 34, 429-438.